Bragamonti

vers les photos

C'est une petite vallée piémontaise  située sur les communes de Rossana et de Busca dans la province de Cuneo, entre la plaine du Pô à l'est et le massif du Monviso à l'ouest. Totalement méconnue des touristes et souvent ignorée par les gens du pays, c'est une vallée comme il en existe beaucoup dans le nord de l'Italie. Elle prend sa source sur le versant oriental du Monte San Bernardo qui culmine à 1625 m d'altitude. Son principal intérêt est d'avoir échappé à l'industrialisation et à l'agriculture intensive que subit, depuis plus d'un demi siècle, la grande plaine voisine. Un deuxième intérêt, plus personnel celui-là, est que nous y rénovons une petite ferme où nous avons élu domicile, mon épouse et moi .

Les gens d'ici vivent au rythme des jours et des saisons. Ils étaient tous paysans; sans doute moins prospères que ceux de la plaine qui bénéficiaient d'un climat bien plus clément et d'un relief plus approprié à leurs activités. Ces agriculteurs se groupaient en bourgades de deux ou trois familles. Eux-mêmes construisaient leurs habitations, les étables et les fenils. Cette architecture rurale typique était caractérisée par de vastes terrasses aérées et couvertes de toitures de lauzes reposant sur des colonnes et des murs de pierres sèches, parfois grossièrement enduites d'un mortier de chaux et souvent décorées de peintures votives... Ils défrichaient les terres les mieux exposées et les moins pentues qu'ils réservaient à la culture et à la pâture du bétail. Mais ils veillaient à un bien plus précieux encore: la forêt , avec ses chênes, ses hêtres, ses charmes et ses étranges châtaigniers... Ils ont tracé les routes et les sentiers qui sillonnent encore aujourd'hui la montagne.

Il y avait dans la petit pays de Bragamonti, une dizaine de bourgades. Sur les pentes escarpées et ensoleillées, on y fauchait le fourrage hivernal . On y ramassait les feuilles de châtaigniers qui servaient de litière dans l'étable, car ici point de paille. Vers le mois de novembre, la tâche était ardue : il s'agissait de récolter les châtaignes sous les grands arbres aux branches ébouriffées parfois multiséculaires qui, depuis plusieurs générations, offraient leurs fruits nourriciers dont la plus grande quantité était négociée, par quintaux, sur les marchés spécialisés du pays. A Venasca, un village situé à une poignée de kilomètres, se tient , chaque année en novembre, un important marché de la châtaigne. Il fallait ensuite nettoyer le sous-bois, éliminer les bogues vides afin de préparer le travail de l'année suivante, mais aussi pour faciliter la récolte des cèpes. Les champignons étaient directement revendus à un négociant qui durant la pleine saison parcourait les hameaux à la recherche de cette précieuse denrée.

C'était une vie simple mais laborieuse. Il est dès-lors facile de comprendre pourquoi les hommes ont soudainement déserté la vallée lorsque, dans la plaine, des exploitations agricoles géantes ou des usines comme Michelin, Burgo, Fiat, ont ouvert leurs portes en quête de main-d’œuvre bien rémunérée avec la garantie d'une retraite paisible. Aujourd'hui dans la vallée, presque tous les agriculteurs ont disparu. Ceux qui restent exercent une autre profession afin d'assurer un revenu fixe. S'ils continuent leur exploitation, c'est certainement pour se créer un petit revenu complémentaire... Mais, j'aime croire qu'il s'agit surtout de perpétuer les traditions familiales en préservant leur héritage le plus précieux: la terre. Malheureusement, beaucoup de hameaux et de terrains jadis cultivés sont aujourd'hui abandonnés. La nature, comme toujours, y reprend ses droits;la végétation réinvesti les places laissées par l'homme et lentement au gré des saisons disparaissent les maisons, les étables, les routes et les sentiers. La petite route qui serpente sur quelques trois kilomètres, vers Rebuffa, nous plonge dans un autre monde, si proche de la « civilisation » et du monde moderne mais à la fois si éloigné du stress et des tumultes de la plaine , parce qu' à Bragamonti, je ne sais ni quand, ni comment, le temps, soudain, s'est arrêté ...

Bragamonti. Commune de Rossana, province de Cuneo, région du Piémont, Italie. 

vers les photos